television
 
FILM PRECEDENT
FILM SUIVANT
The Secret of Seagull Island
Les Tigres sont lâchés
Les Disparues de l'Ile Maudite
- 18 Juillet / 15 Août 1981 - ITC Entertainment
Rôle: David Malcom
Prunella Ransome ...  Barbara Carey
Jeremy Brett ...  David Malcolm
Nicky Henson ...  Martin Foster
Pamela Salem ...  Carol
Gabriele Tinti ...  Enzo Lombardi
Fabrizio Jovine ...  Inspector Casati
Sherry Buchanan ...  Mary Ann Saunders
The Secret of Seagull Island
The Secret Of Seagull Island 
VIDÉOS SEAGULL ISLAND (3 VIDÉOS)
The Secret Of Seagull Island 
Photos de presse et de Jeremy Brett l'année du tournage de Seagull Island (cliquez pour agrandir)
À l'origine, cette co-production anglo-italienne tournée en anglais et diffusée en italien, a été réalisée pour la télévision sous la forme d'une mini-série d'une saison en cinq parties d'une heure.
 
Elle a été programmée en 1981 avec son titre originel "Seagull Island" en anglais, "L'isola del gabbiano" en italien, "Les Tigres sont lâchés" ou "Les disparues de l'île maudite" en français. La première diffusion a eu lieu en Espagne à partir du 12 Juin, puis en Grande Bretagne du 18 Juillet au 15 Août 1981 à raison d'un épisode par semaine.
 
Il ne faut pas confondre la mini-série en langue italienne de 1981 avec sa version du long métrage en anglais de 1985.
 
En effet, la série a été raccourcie drastiquement passant de 300 à 102 minutes pour permettre son édition en vidéo sous le titre "The Secret of Seagull Island" (Mars 1985).
Les scènes sous-marines sont efficaces et ravissent les amateurs puisqu'elles composent une grande part du film qui offre presque un aspect documentaire. Malgré tout, Seagull Island est étrange mais plutôt bon se laissant voir avec intérêt et l'intrigue maintient habilement le suspense jusqu'à une fin surprenante.
 
Le film peut être inégal, mais il nous invite à un voyager en Italie, à Rome, en Sardaigne et en Toscane qui nous charme par ses paysages et ses spectacles marins.
 
Le tournage a principalement eu lieu à Argentario, une commune italienne de la province de Grosseto au sud du littoral de la Toscane. Elle est située sur une presqu'île touristique formée d'un promontoire montagneux permettant de superbes prises de vues.
 
Nous pouvons appécier une excellente photographie sous-marine et des scènes de plongée magnifiquement filmées par un expert en ce domaine, le metteur en scène Nestore Ungaro. Cependant, de nombreuses scènes ont dû être coupées pour la version télévisée.
Le début commence par une scène sous-marine sur les côtes italiennes lorsqu'un couple de plongeurs amoureux est surpris et vraisemblablement tué sur le coup par un tremblement de terre subaquatique.
 
Nous retrouvons ensuite une jeune américaine, Barbara Carey, qui s'envole pour Rome rendre visite à sa sœur aveugle, Mary Ann Saunders. Cette dernière étudie le piano à l'Académie de musique mais a mystérieusement disparu depuis trois semaines.
 
Son enseignante apprend à Barbara que l'absence inexpliquée de sa sœur a même compromis le succès du concert, mais ne lui apprend rien de plus.
 
Barbara pressent un grave événement. Elle rencontre Martin Foster au consulat britannique qui la présente à un italien du nom d'Enzo Lombardi, l'ami de Mary Ann, qui, très en colère, prétend qu'elle est partie avec quelqu'un d'autre.
Sur l'île, Barbara tente courageusement d'en savoir plus. Mal à l'aise, elle se sent observée et prisonnière et se heurte à l'hostilité de Carol très mécontente de sa présence. Que redoute-t-elle réellement ?
 
Le danger la menace au plus près quand elle se fait attaquée par des mouettes et échappe de justesse à un étrange accident sur un pont de corde après avoir perçu plusieurs fois comme une lourde respiration à ses côtés en fouinant dans une grotte.
 
Malcom est contraint de lui dévoiler la vérité. Son fils, Frederick, n'est pas mort. Défiguré dans l'accident, il vit reclus refusant tout contact. Son père tente de l'aider de son mieux en lui présentant des jeunes femmes incapables de voir son visage pour se lier avec lui. Mais est-ce bien la vérité ?
 
Barbara doit encore trouver des réponses. Où est Mary Ann ? Qu'est-il arrivé à la femme et au fils de Malcom ? Fredereick est-il bel et bien le meurtrier ? Quel terrible secret se cache sur cette île maudite ? Peut-être un mystère plus terrible encore...
Selon l'Inspecteur Casati de la police italienne en charge de l'affaire, elle pourrait avoir été la victime d'un maniaque qui tue et mutile des jeunes femmes aveugles car il s'agit du troisième cas d'enlèvement similaire ces derniers mois.
 
Sous le choc, Barbara apprend que le corps lesté d'une femme aveugle morte assassinée a été retrouvé dans la mer six mois plus tôt. L'autre victime a été sauvée in extremis à la dérive dans un canot après une tentative de meurtre. Incapable de témoigner pour le moment, elle se rétablit doucement à l'hôpital. Pour aggraver les choses, la police n'a aucune piste sérieuse et semble d'aucune aide au grand désarroi de Barbara.
Avant, Barbara rend visite à la victime agressée à l'hôpital. En entendant accidentellement la bande son de cris de mouettes, la femme se réveille en sursaut, devient comme folle et se jette par la fenêtre. En même temps, Barbara se fait violemment frappée à la tête, mais lorsqu'elle reprend connaissance, elle a perdu la vue...
 
Heureusement, ce n'est qu'un stratagème pour attirer le tueur. Le but est d'entrer en contact avec Malcom qui semble étrangement s'intéresser aux jeunes femmes aveugles. Ce dernier ne tarde pas à mordre à l'hameçon.
 
Barbara  rencontre l'homme séduisant mais inquiétant à la piscine,  il prend soin d'elle et bientôt l'invite à séjourner dans sa propriété sur l'île. Après une longue traversée en hors-bord, ils atteignent Seagull Island, totalement isolée et coupée du monde, où Malcom vit avec sa compagne, Carol, depuis qu'il a perdu sa seconde femme et son fils dans un accident de plongée.  
La partition mélodique du compositeur Tony Hatch est très agréable et il n'est pas surprenant d'apprendre qu'il est un auteur-compositeur accompli, ayant écrit des tubes pour Petula Clark et Dionne Warwick.
 
Enfin dans le film, apparait Jeremy Brett ... en bikini ! Les brettiennes fantasment devant sa plastique constellée de goutelettes d'eau...  Ah! les fameuses scènes aquatiques !
 
Jeremy est excellent et inquiétant à souhait dans le rôle de cet homme mystérieux et tourmenté qui cache un lourd un  secret. Il a un petit air de Norman Bates dans "Psychose".
 
Son rôle lui permet d'exprimer son talent d'interprétation en offrant un caractère complexe qui évolue à mesure de l'intrigue. Le gentleman séduisant et prévenant du début se montre de plus en plus déroutant avec ses expressions ambiguës et ses accès de colère. Il révèlera son vrai visage, celui d'un prédateur pervers et psychopathe ! À découvrir dans un épilogue vraiment inattendu.
Dès le début du film, on pourrait s'attendre à un thriller avec un séisme sous-marin qui provoque la mort d'un couple de plongeurs. Mais on reste finalement  loin du giallo initial.
 
L'histoire est plutôt racontée comme un drame évitant toutes scènes choquantes afin de permettre d'être vue par un large public. Ici aucune scène n'est franchement effrayante, il s'agit plutôt d'une tension mystérieuse qui va crescendo jusqu'à la fin où se concentrent les moments les plus dramatiques et horrifiques.
 
L'histoire n'a pas été tournée pour un format en film et l'adaptation de la série en cinq épisodes faite pour la télévision, a souffert de cette amputation, ce qui est préjudiciable à une structure narrative cohérente et fluide. De nombreuses scènes de plongée et de vues sous-marines ont aussi été sacrifiées. On peut reprocher un style parfois un peu décousu et un synopsis qui mériterait plus de densité et de rigueur. Il subsiste quelques longueurs dues à son format d'origine considérablement plus long.
ÉDITIONS DVD & VHS
Elle décide de mener sa propre enquête pour découvrir ce qui est arrivé à Mary Ann car elle est persuadée que sa sœur est encore en vie. Convaincue que Lombardi détient la clé, Barbara part fouiller son bateau, mais celui-ci la surprend et tente de la violer. Heureusement, Foster intervient juste à temps. Ils trouvent alors un indice qui oriente leurs recherches vers une île mystérieuse.
 
L'île privée de Gabbiano (Seagull Island) entre la Sardaigne et la Corse, appartient à David Malcolm, un richissime homme d'affaires et citoyen britannique. Mais comment s'y rendre ? Ce qui devait être un voyage d'agrément va se transformer en voyage au cœur de la terreur...
C'est exclusivemment cette version du long métrage britannique que l'on peut voir et qu'on peut aisément se procurer en DVD ou VHS - généralement proposé dans une version anglaise sous-titrée en grec ou allemand.
 
Seagull Island s'inscrit dans le style du "giallo", un genre de film d'exploitation principalement italienne à la frontière du cinéma policier, d'horreur, de fantastique et d'érotisme. Le giallo a connu son heure de gloire dans les années 1960 à 1980 avec les réalisateurs phares, Mario Bava et Dario Argento.
 
Ce genre à part entière se caractérise par des scènes de meurtres, un jeu de caméra très stylisé et une musique singulière. Nestore Ungaro, à la fois scénariste, réalisateur et producteur, s'inscrit dans cette thématique. Cependant, la série originelle offrait plus de panache et plus de rebondissements mélodramatiques, comme l'exige le format cliffhanger d'un drame sérialisé.
 
Pourquoi la série n'a jamais été rediffusée ou publiée dans son format d'origine est déconcertant. Il semblerait que le budget élevé, une intrigue captivante et un bon casting l'auraient permis.
ACCUEIL
RETOUR